FLAVIEN THERY

Né en 1973

Vit et travaille à Rennes

Enseigne en sections Arts graphiques et Architecture intérieure.

Diplôme Supérieur d’Arts Décoratifs – option Objet.(1999)
Diplôme National d’Arts Plastiques – option Art.(1997)
École de Communication Visuelle, Paris. (1992-1994)
Atelier de Sèvres, Paris.(1991-1992)
Diplômé de l’Ecole Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg.

« Réflexion(s) sur le miroir », Granville Galerie, 2010
« L’ombre, le reflet, l’écho », La Criée, Rennes, 2009
CCC centre de création contemporaine, Tours, 2008
Granville gallery 2007
« Objets-lumière & Boite à réflexion », École nationale d’art de Limoges, 2005

Flavien Théry crée des objets qui sont eux-mêmes sources de lumière, celle-ci étant envisagée comme signe de présence -aux sens matériel et temporel- d’une énergie rendue visible, constituant une métaphore du vivant. Procédant d’une double nature, à la fois onde et particule, immatérielle et matérielle, la lumière qui habite les œuvres de Flavien Théry nous dit intensément l’instant présent, tout en nous parlant de l’ailleurs, du passé comme du futur.

Born in 1973

Lives and works in Rennes

Teaches graphic arts and interior architecture

Flavien Théry creates objects that are themselves source of light, this one being considered as a sign of the presence –in the material and temporal sense- of a energy made visible, composing a metaphor of life. Being the product of a dual nature, at the same time wave and particle, or immaterial and material, the light which fills Flavien Théry’s work intensely tells us about the very moment, while talking about other places, from the past or the future.

http://doud.objets.lumiere.free.fr

HYPERLOCAL 30/04>19/07

hyperlocal

HYPERLOCAL

Exposition collective
30 avril > 19 juillet 2009

TELECHARGEMENT DOSSIER DE PRESSE AU FORMAT PDF

Hyperlocal présente un ensemble de produits réalisés ces dix dernières années dans le cadre de collaborations designers/artisans. L’exposition est conçue en partenariat avec Tools Galerie, l’APCI (association pour la promotion du design industriel), le CIAV(centre international des arts verriers) Enkidoo, La Cuisine (Performance « cuisigner » : Carole Douillard / François Galle) Semprecosi Magazine, Rosenthal, Rezomatiq…

JEROME GAUTHIER / ATELIER DU CUIVRE – FREDERIC RUYANT / CLAUDE AIELLO – CEDRIC RAGOT / ROSENTHAL – FRED RIEFFEL / CIAV – JASPER MORISSON / CIAV – BERTRAND PINCEMIN / MANCHINOX – FLORENCE DOLEAC / CLAUDE AIELLO – RADI DESIGNERS / TOOLS GALERIE – ASCETE / LELEGARD & ATELIER DU CUIVRE – DOMINIQUE MATHIEU / JB CREATIONS – INEKE HANS / TOOLS GALERIE – BERTJAM POT / TOOLS GALERIE – OLIVIER PEYRICOT / MAUVIEL – PARSY & DEBONS – FRANÇOIS AZAMBOURG / CIAV – MATALI CRASSET / ENKIDOO – 5.5 DESIGNERS / ENKIDOO – CYRILE DELAGE / ENKIDOO – NICOLAS PRIOUX / REMI LACOMBE – ERWAN MEVEL & ANTOINETTE PARRAU – MARIE GARNIER / VINCENT DUHE – MAFFI&VIDIS / CUIVRE HAVARD – GUILLAUME DELVIGNE & IONNA VAUTRIN / INDUSTREAL

« Au delà d’une portion de l’espace », ainsi pourrait se définir la notion d’Hyperlocalité. Les économies locales sont-elles destinées à périr écrasées par la production industrielle standardisée ? Au contraire, on peut espérer une réaction à contre courant par laquelle la créativité locale puisse se diffuser par les canaux même de la globalisation, comme par une sorte de reflux. On assisterait alors à un phénomène matériel comparable à celui de l’information, lorsque l’internaute oppose sa propre spontanéité locale au message centralisé de la télévision. Alors que le modèle industriel applique à l’ensemble de la planète des formes impersonnelles et décontextualisées pour un consommateur lambda, le modèle que nous voulons défendre propose de faire partager les initiatives et savoir faire, spécifiques à un ici et un maintenant, dans et hors de leur site d’apparition.
Au lieu d’opposer les designers, trop rapidement considérés comme les agents de la globalisation, et les artisans, perçus parfois comme des fabricants idiomatiques en voie de disparition, nous présentons avec Hyperlocal le travail d’hommes et de femmes qui s’appuient sur des matériaux et des pratiques artisanales pour engager des démarches novatrices et prospectives. L’innovation ne s’oppose pas ici à la conservation mais consiste à réfléchir à l’évolution de notre mode de vie en s’appuyant sur la diversité des pratiques locales. La vie contemporaine, loin d’exiger un environnement industriel normalisé, réclame au contraire des créations simples, ingénieuses et sensibles.
Cette exposition reflète particulièrement la démarche de la galerie DMA : montrer le rapport entre artisanat et innovation, promouvoir des pièces ni standardisées ni excessivement luxueuses, se préoccuper de notre environnement naturel et culturel, réunir des créateurs et dynamiser leur activité.
La conciliation entre designer et artisan inclus aussi l’action des artistes. Pour le vernissage de l’exposition, nous invitons une artiste et un « cuisigner » à présenter une œuvre ponctuelle. Vous pourrez participer à un « festin cannibale », durant lequel vous pourrez dévorer l’image comestible de membres humains. Ce travail interroge le rapport entre l’apparence et sa profondeur, entre le visible et gustatif. Il s’agit toujours, avec l’événement Hyperlocal, de penser notre rapport aux choses et aux autres, au proche et au lointain.

Raphael Edelman

GREGORY PARSY & CAMILLE DEBONS

Nés en 1976 et 1982

Vivent et travaillent à Rennes

Diplômés de l’Ecole des beaux-arts de rennes 2005 et 2006

Molo sur le Destroy, DMA Galerie, 2010
Biennale internationale du design de Liège 2008
Salon Maison et Objets, Paris 2008
Shape me Chic, Galerie Xavier Nicolas, Paris 2007
Salon Satellite, Milan 2007
We need a real Design, Galerie MAAD, Paris 2006
Blockdesign, Londres 2005
Biennale Internationale du Design de Saint-Etienne 2004

Grégory Parsy et Camille Debons cherchent à questionner, à attiser la curiosité et à surprendre au travers des objets qu’ils réalisent. L’expérimentation sur le processus de production est au cœur de leur démarche. Leur univers formel s’inspire du graffiti, transposant des graphismes en volume et détournant les matériaux de leur utilisation première. Le design est pour eux un moyen de créer des rencontres, entre les matériaux, les lieux, les personnes. Chaque objet réalisé se nourrit de ces échanges.

www.parsydebonsdesign.com

XAVIER NOIRET-THOMé

Né en 1971

Vit et travaille à Bruxelles

Diplômé de l’Ecole des Beaux-arts de Rennes de 1995

Lauréat de l’Académie de France à Rome et obtient une résidence à la Villa Médicis 2005
Prix de la « Jeune Peinture belge » 2001
Résidence à la Rijksakademie Van Beeldende Kunsten d’Amsterdam 1996-97
Lauréat de la Villa Médicis hors-les-murs 1996

« Je sont les autres », Incise , Charleroi, Belgique, 2010
« La Parade Des Cannibales », Galerie des Filles Du Calvaire, paris, 2009
« Hyperspective », WXe-project, bruxelles, 2009
« Tout est dans tout, Galerie Wilma Lock, St Gall 2008
Galerie Baronian-Francey, Bruxelles 2007
« Tout arrive », Galerie Wilma Lock, St Gall, 2006
« Quasi una rivoluzione », Grandes Galeries de la Villa Médicis, Académie de France à Rome 2006

Le travail de Xavier Noiret-Thomé revêt des formes plurielles. En effet même si sa pratique s’exerce surtout dans le domaine de la peinture, il utilise une variété de typologies picturales. Sa peinture est dense, épaisse, profonde, minérale, sédimentée et somptueuse, c’est aussi enchanteur et lumineux et même gentiment ironique. Il explore tous les «ismes» et les genres de ce médium sans pour autant suivre une quelconque chronologie ou fil programmatique.

http://www.noiretthome.com

GRéGORY JEGADO

Né en 1972

Diplômé de l’école des Beaux-arts de Le Mans en 1996

« voyage sentimentale 2 »- exposition collective- Frac Languedoc-Roussillon, Montpellier, 2009
« Multiplier »- exposition collective- DMA Galerie – Rennes, 2008
« My reverse is a second skin » – exposition personnelle – Bon Accueil, Rennes, 2003
Librairie Le Chercheur d’art – exposition personnelle – Rennes
« Répoétique » – exposition collective- Le poteau bleu – Camaret sur Mer, 2000
« Fenêtre avec Vue » – exposition personnelle – Futur Intérieur – Eric Lenoir, Charleville-Mézières, 1999

« Le travail exploratoire de Grégory Jégado se caractérise par un profond silence. Le même silence de concentration qui règne dans les laboratoires et les cabinets d’étude où les bavardages comme les distinctions érudites sont malvenues. »…« Confronté à une volontaire âpreté des matériaux ou alors face à une luxuriance insoupçonnée, le spectateur éprouve des flux divergents, contradictoires. Nous sommes invités à mesurer les intensités fluctuantes qui émanent de ces ensembles où, pour reprendre le propos de l’artiste : « le présent s’écoule dans l’empreinte du temps ». »
Texte : Vincent Victor Jouffe (extraits)

gregory.jegado@wanadoo.fr

ATELIER A 4

Créé en 2006

Vivent et travaillent à Rennes

« Breizh Décalage », Paris, 2009
Salon des créateurs, 4Bis, Rennes, 2009
Biennale de Saint Etienne, 2008
« Multiplier », DMA galerie , Rennes, 2008
« Carte Blanche aux designers », Office de tourisme, Rennes, 2007
Exposition du Salon Esprit maison et lauréat du concours « Design en vue », Bruz, 2006
Objet(s) Design 3, Bazouges la Pérouse, 2005 et 2007
« Utopie », Château de Kerjean, Saint Fougay, 2004

Frédéric Laroche, Johan Praud, Gwenaëlle-Vinciane Vinouse (designers plasticiens) et Thomas Guyot (Architecte), se sont réunis en 2006 pour créer l’Atelier à Quatre. Ils imaginent et réalisent des objets du quotidien, luminaire, mobilier, arts de la table mais aussi des espaces et des installations. Ils testent la matière première (plexiglas, métal, bois, béton), la sculptent, la moulent, la transforment tout en faisant avec les moyens du bord, en détournant certains matériaux industriels. Entre humour, paysage, iconographie, leurs objets bousculent et questionnent le quotidien.

Frédéric Laroche, Johan Praud, Gwenaëlle-Vinciane VINOUSE (visual designers) and Thomas Guyot (Architect), came together in 2006 to create l’Atelier à Quatre. They imagine and realize everyday objects, lighting, furniture, tableware but also spaces and facilities. They test the raw material (plexiglass, metal, wood, concrete), the sculpt, the mold, while the turn with the means at hand, diverting some industrial materials. Between humor, landscape, iconography, and question their objects jostle daily.

http://ateliera4.free.fr

RE:ERRANCE(S) 12/03>19/04

null

RE:ERRANCE(S)

Exposition collective
12 mars > 19 avril 2009

Clément AUBRY, Claudia DE LA PARTE, Julie DUARTÉ, François FEUTRIE, Luce GAC QUERÉ,
Sophie GLADE, Zhe QIN, Maureen RAGOUCY, Mengya ZHUANG

TELECHARGEMENT DOSSIER DE PRESSE AU FORMAT PDF

RE:ERRANCE(S)

Dma présente une exposition d’oeuvres de jeunes artistes des beaux-arts intitulée « Re: errance(s)» . Le terme signifie voyager, vagabonder sans s’arrêter et sans direction. Mais il signifie aussi être dans l’erreur ou du moins hors norme. Ce sont donc ces errances, ces représentations de la dérive que Dma veut donner à voir. En délaissant le champ de l’application concrète propre au design, Dma continue d’interroger avec ces artistes la multiplicité et la diversité des regards qu’offre une création en un temps et en un lieu bien distinct. Les normalisations qu’il s’agit ici de parasiter sont multiples. Il n’est pas question de définir une individualité mais bien d’en éclater le cadre pour chercher sans cesse la singularité dans l’identité. Tout d’abord ce sont les frontières entre l’anthropomorphe, le zoomorphe et l’amorphe qu’il faut traverser.
Notre identité nous échappe comme celle d’autrui. L’altérité est sans cesse présente quand bien même la mondialisation tenterait de la gommer. L’européocentrisme qui travaille ce nivelage est interrogé dans sa cartographie. Il est aussi abordé dans sa technique, ses outils, ses modes d’emploi, son horlogerie, sa domesticité. En définitive, nous sommes conduits à reconnaître le trouble de notre identité, notre errance, tant à l’intérieur de nous mêmes entre fantasme et réalité, qu’à l’extérieur avec les images démultipliées de nos corps.Nous errons entre la veille et le sommeil lorsqu’il s’agit de fixer qui nous sommes, ce que nous sommes. Ce qui intéresse ici les artistes, n’est pas de considérer l’artefact dans son efficacité ergonomique, mais en tant que porteur de sens, en même temps que brouilleur de pistes. En fin de compte, l’objet transforme nos perceptions comme il autorise le sujet à se percevoir lui-même.

Raphael Edelman

LOCAL 17/12>25/01

null

LOCAL

« LOCAL »

Quelle est la caractéristique d’une production locale dans un monde qui se globalise ?
« LOCAL » présente les produits conçus, réalisés, édités par les designers de la galerie.
Cet événement prévu pendant la période de Noêl, transforme temporairement la galerie en surface de vente d’objets locaux.
mercredi 17 décembre > dimanche 25 janvier
Un cocktail sera prévu en continu le ven19 / sam 20 / dim 21 / lun 22 /mar 23 / mer 24 déc en continu (14h – 18h30) en présence des designers.

MULTIPLIER 16/10>15/12

null

MULTIPLIER

DMA Galerie
Exposition / Inauguration
16 OCT >15 DEC 08

Atelier A4, Isabelle ARTHUIS, Philippe DANEY, Jean Pascal FLAVIEN, Benoit Fournier MOTTET, Grégory JEGADO, Erwan MAHÉ0, Johann MARTEIL, Dominique MATHIEU, Erwan MEVEL & Antoinette PARRAU, Xavier Noiret THOMÉ, Gregory PARSY& Camille DEBONS, POCH & ROCK, Bertrand PINCEMIN, Nicolas PRIOUX, Robert SUERMONDT, Flavien THERY

TELECHARGEMENT DOSSIER DE PRESSE AU FORMAT PDF

Ce que l’on attend habituellement d’une galerie de design est qu’elle expose des produits élégants et utiles. Mais le design au delà de l’objet s’intéresse aussi au système. Il ne s’agit pas pour autant de rationaliser les activités sur le modèle industriel. Bien plutôt nous voulons dévoiler l’intelligence du réseau créatif, afin de le soutenir et de valoriser la dynamique par laquelle designers, artistes et penseurs se nourrissent des travaux des uns et des autres. C’est cette multiplication des points de vue, en tant qu’ils se croisent et se complètent, que Dma veut défendre avec l’exposition « Multiplier ».

Plus généralement, Dma* entend redéfinir avec les créateurs un cadre post-industriel pour la création. L’un des principes est de s’extraire de la tendance globalisante et normalisatrice du système actuel. Il s’agit au contraire de renforcer l’impulsion locale, non pas pour montrer comme la région perpétue la tradition mais comme elle est novatrice. Cette lutte collective contre la globalisation, cette défense de la multiplicité contre l’uniformité, n’a pas vocation à remplacer le standard par le standing (l’acquisition privée d’œuvres est moyen et non une fin), mais plutôt à enrichir le processus poétique déjà existant. Car c’est justement la diversité des approches créatives qu’il faut soutenir pour nous sortir du modèle uniforme de production industrielle qui est à présent le nôtre.

Raphaël Edelman

*DMA-Production (Design Métiers d’Art) est éditeur et bureau d’étude pour l’innovation dans le domaine des métiers d’art. La DMA Galerie qui vient d’ouvrir ses portes à Rennes sera inaugurée par le lancement de l’exposition « Multiplier ». A cette occasion une vingtaine d’artistes et de designers exposent ensemble dans l’espace située 23 Rue de Châteaudun à Rennes. Les œuvres et produits présentés s’articulent autour de la question du multiple.