BREIZH DESIGN 10/12>24/12

BREIZH DESIGN

BREIZH DESIGN

EXPOSITION
10 > 24 DECEMBRE 2009
DMA & PRODUIT EN BRETAGNE

Arnaud ALLAIS, Atelier A4, Emmanuel ANTOINE, Jean-Michel CLOUAREC, Julien GASTRIN, Bertrand PINCEMIN, Jean-Yves LUCAS, Vanessa VAUGEOIS, Johann MARTEIL, Philippe DANEY, Geneviève QUEBRIAC, Jacky LE FAUCHEUR, Les M Design, Catherine CAM, Carl MARQUIS, Ghislène JOLIVET, Antoinette PARRAU, Benoît FOURNIER MOTTET, Nicolas PRIOUX, PEPIN LE MALIN, Grégory PARSY & Camille DEBONS, PARTS DE REVE , Erwan MĖVEL, Julien VIDAM.

TELECHARGEZ LE DOSSIER DE PRESSE ICI

BREIZH DESIGN présente un état des lieux des pratiques du design en Région Bretagne : Design industriel, design d’auteur, design de produit, d’espace, de services… Cette pratique couvre un ensemble d’activités très large avec des implications économiques multiples dont le dénominateur commun est la création de valeur ajoutée.

Une vingtaine d’agences de design, couvrant le territoire breton, sont ainsi invitées par la galerie DMA à présenter leurs métiers à travers un produit réalisé pour une entreprise, qu’elle soit industrielle, artisanale, ou collectivité…

L’enjeu de l’exposition est de mettre en évidence la vitalité et l’originalité du design en Bretagne et de faire connaître cette pratique aux acteurs économiques, institutionnels, ainsi qu’au grand public.

Depuis le mois de juin 2009, PRODUIT EN BRETAGNE entretien une collaboration dynamique avec plusieurs designers (dont nombres de DMA). Ce partenariat a donné lieu à cette même période, au montage de l’exposition Breizh Décalage, présentée à la Maison de la Bretagne, à Paris.

Pour cette première, des entreprises membres de Produit en Bretagne (Armor Lux, Atelier du Vieux Bourg, Le Minor, Editions Ouest France…) ont confié à des designers et artistes de talent des objets qu’ils fabriquent et commercialisent habituellement. Et ces derniers, Hervé Matejewski, Nicolas Prioux, Antoinette Parrau, Erwan Mevel, Jacques Bosser, les M design… en ont fait des mises en scène monumentales, en ont imaginé un nouvel usage…

BREIZH DESIGN donne une suite à cette action en préfigurant le futur portail du design breton :

WWW.DESIGNENBRETAGNE.COM

L’exposition Breizh design souhaite représenter l’activité du design en Bretagne. Le titre ici paraît équivoque. Il met en relation un mot breton et un anglicisme. On hésite entre une connotation régionaliste ou mondialiste. S’agit-il de défendre une spécificité régionale contre un modèle dominant ? Ou peut-être de moderniser l’image de la Bretagne ?
L’intention réelle n’est pas purement identitaire. On ne cherche pas à opposer le village gaulois à l’Empire. La question est moins idéologique qu’économique, au sens large d’une recherche d’équilibre domestique, comme le veut l’étymologie du mot. Nous pourrions aussi bien dire écologique. Si l’on valorise le territoire, ce n’est pas de manière nostalgique. C’est au contraire de façon prospective, afin d’améliorer le bien vivre ici et, par extension, ailleurs, dès lors qu’un modèle bénéfique peut profiter à toute région.
L’impératif qui anime aujourd’hui DMA est d’ordre organique. Il faut trouver un un mode de créativité cohérent géographiquement, économiquement et socialement. Le commerce mondial ne doit plus altérer la juste proportion spaciotemporelle de l’agir humain. Il faut corriger l’aberration d’un système qui atomise les sociétés, gaspille les richesses et propage une modernité inerte et superficiellement novatrice.
La volonté des designers bretons n’est donc ni de se retourner vers une production rustique ni de singer la tendance mais d’innover à sa manière. Et le design dont il s’agit ne consiste pas en la simple création de produits mais aussi d’idées et d’usages. Cette velléité ne saurait aboutir dans la concurrence entre les concepteurs mais au contraire grâce à leur entente. Au delà des productions partielles il importe de créer un système qui, à partir des objets, renforce les liens entre les personnes. La force et la continuité économique et symbolique de l’innovation régionale dépend de cette fédération.
Représenter le design Breton ne revient pas non plus à concourir avec d’autres régions et encore moins à se couper du reste du monde. Cela consiste au contraire à initier un mouvement d’émancipation et à encourager de nouvelles façons de vivre en intelligence avec l’environnement naturel et humain. Dma, qui s’efforce par ailleurs de faire se rencontrer le design et les arts, ne pouvait se passer de tenter de réunir en amont les multiples expressions du design local.

Raphael Edelman